Comment les autorités religieuses mondiales coopèrent-elles ?

    Le 5 novembre 2019, les membres de la première Présidence de l’Église de Jésus-Christ des Saints des Derniers Jours ont rencontré son excellence le docteur Mohammad Abdulkarim Al-Issa, secrétaire général de la Ligue islamique mondiale. Crédit Intellectual Reserve, Inc.

    Il y a près de 180 ans, Joseph Smith a exposé un idéal de tolérance qui, rétrospectivement, apparaît étonnamment moderne. « Je suis fier de déclarer devant les cieux que je suis tout aussi prêt à le faire pour la défense des droits d’un presbytérien, d’un baptiste ou d’un homme bon de toute autre dénomination. » 

    En tant que premier président de l’Église de Jésus-Christ des Saints des Derniers Jours, Joseph Smith a promu le principe de liberté religieuse et de tolérance lorsqu’il a écrit : « Nous affirmons avoir le droit d’adorer le Dieu Tout-Puissant selon les inspirations de notre conscience et reconnaissons le même droit à tous les hommes : qu’ils adorent comme ils veulent, où ils veulent ou ce qu’ils veulent. » (11e Article de foi)

    En novembre 2019, son excellence, le docteur Mohammad Abdulkarim Al-Issa, secrétaire général de la Ligue islamique mondiale et président de l’Association internationale des érudits musulmans, a rencontré la première présidence à Salt Lake City (Utah, États-Unis). https://www.thechurchnews.com/leaders-and-ministry/2019-11-06/prominent-muslim-leader-meets-with-first-presidency-to-build-interfaith-friendship-166186

    Selon les informations de la salle de presse du siège de l’Église (Newsroom), après sa visite de Welfare Square, le Dr Al-Issa a déclaré : « J’ai constaté ici un bel exemple de charité et d’amour véritables envers l’humanité. Chacun de nous, à travers le monde, doit suivre en tout point cette démarche humanitaire. Le monde entier devrait être au courant de ces programmes et de ces projets. »

     « Nous pouvons faire part de ce message au monde islamique et lui dire qu’il y a des gens, à certains endroits du monde, qui consacrent leur vie à servir leurs frères et sœurs, et l’humanité tout entière. Je tiens à vous féliciter. Je suis surpris de l’ampleur de l’œuvre que vous réalisez ici. Vous êtes une source d’inspiration pour autrui. »

    Plutôt en 2019, Russell M. Nelson, président de l’Église, a rencontré le pape François au Vatican à Rome. C’était la toute première rencontre d’un président de l’Église et d’un pape. Cette visite a eu lieu la veille de la consécration du premier temple de l’Église de Jésus-Christ des Saints des Derniers Jours à Rome, par Russell M. Nelson. Le président Nelson était accompagné de M. Russell Ballard, président du Collège des douze apôtres. https://www.churchofjesuschrist.org/church/news/president-nelson-meets-with-pope-francis-at-the-vatican?lang=eng

    Après un entretien de 33 minutes, Russell M. Nelson et M. Russell Ballard ont rencontré des représentants des médias. Le président Nelson a déclaré : « Nous avons eu un échange très cordial et inoubliable. Sa Sainteté s’est montrée très aimable, chaleureuse et accueillante. » Il a ajouté : « Quel homme doux et merveilleux. Les catholiques sont chanceux d’avoir un dirigeant si aimable, soucieux, affectueux et compétent.

    L’évêque Gerhard Egger de l’Église de Jésus-Christ des Saints des Derniers Jours, porte-parole de la plateforme interreligieuse d’Innsbruck, a souligné le succès des activités interreligieuses de cette année (2019). Un voyage multireligieux à Rome en plusieurs étapes, la participation à la Longue nuit des Églises ainsi qu’à la Longue nuit des religions, la participation au 350e anniversaire de l’université d’Innsbruck. Il considère pour sa part qu’il est nécessaire que l’État, doté d’une mission éducative, rattrape son retard et permette la représentation des communautés religieuses et la transmission de leurs valeurs dans le but de stabiliser la société.  https://www.presse-mormonen.at/artikel/multireligi%C3%B6ses-treffen-mit-tiroler-landeshauptmann-platter

    Dans son article « Devenir de meilleurs saints grâce aux engagements interreligieux », Betsy VanDenBerghe explique : « Alors que je servais avec des fidèles d’autres religions, j’ai constaté que l’encouragement de Quentin L. Cook, du Collège des douze apôtres, était vrai : Le service interreligieux sincère et respectueux édifie non seulement nos communautés, mais nous permet aussi de progresser collectivement et individuellement dans notre amour pour Dieu et pour ses enfants.2 … Je sais également que nous, saints des derniers jours, prenons au sérieux la demande de Jésus d’aimer notre prochain, de vêtir les nus, de nourrir les affamés et de visité les prisonniers (voir Matthieu 25:34-36) sans attendre que le bénéficiaire ou les gens qui servent à nos côté se convertissent. L’engagement interreligieux sincère et respectueux n’a jamais nécessité qu’un groupe, y compris le nôtre, renie ses croyances. Au contraire, il encourage les participants à ‘ne lutte[r] contre aucune Église’ (D&A18:20) et à ‘[se revêtir] comme d’un manteau du lien de la charité’ (D&A 88:125). »